Une victoire aux forceps

 Avignon, gymnase Champfleury : Avignon VB 3 AMSL Fréjus 2   (21-25 en 23?, 25-14 en 21?, 25-20 en 24?,  25-27 en 30?, 15-9 en 14?).

Arbitres : MM. Trojat et Jacob.

Avignon : 59 attaques gagnantes (Talia 26, Lacombe 11, Jaunet 3, Perez 8, Nyabeye 2, Dubreuil 7, Martinez et Arzailler 1), 10 contres gagnants (Perez 4, Martinez et Nyabeye 2, Talia et Prigent 1), 3 aces (Jaunet 3), 45 fautes directes dont 18 au service.

Les points : Martinez 1, Perez 12, Arzailler 1 puis Prigent 1, Talia 27, Dubreuil 7 puis Nyabeye 4 puis Aubree, Jaunet 6 puis Lacombe 11.

Libero : Korovyanskyy. Entraîneur : José Amet

Fréjus : 38 attaques gagnantes (Previt 12), 8 contres gagnants (Rossard 3), 4 aces (Rossard 2), 39  fautes directes dont 11 au service.

Les points : Chassagnard 1 puis Jean de Dieu 2, Vadon 6, Geiler 6 puis Vivier 8, Prévit 15, Rossard 6, Laporte 6.

Libero : Laine. Entraîneurs : Geiler et Laporte.

Bon, l'AVB est dans une mauvaise passe. On dira qu'il vaut mieux maintenant que dans quelques semaines, et que les points actuellement perdus - sauf à Strasbourg évidemment - ne coûtent pas grand-chose.  On dira... ce qu'on voudra, mais il reste une équipe à la peine, qui ne parvient pas à « tuer » les matches, qui fait des tonnes de fautes notamment au service (18 encore samedi), dont le contre est inexistant puisqu'on ne se rattrapa que dans les deux dernières manches, et la réception franchement hésitante.

Après on comprend pourquoi Fréjus qui peine à s'installer dans la première moitié du classement, nous donna des sueurs et aurait fait un vainqueur très acceptable de la partie.

Voilà pour le négatif. Copieux, c'est vrai.

Mais au départ, on notera aussi que la formation alignée par José Amet n'avait qu'un peu plus de 24 ans de moyenne d'âge, Perez (35 ans) et Martinez (29) ayant des allures de sympathiques croulants auprès  des  Arzailler, Korovyanskyy, Dubreuil et autre Jaunet qui tournent autour des 20 printemps tandis que Talia (23) ne les domine guère.

On ne peut d'un côté s'en féliciter et de l'autre le regretter. Cette formation qui devait se passer d'Ortiz souffrant du dos, ne peut donner que ce qu'elle a, et tombe vite dans le doute si elle ne réussit pas ses premières balles.  Elle a bien réagi après un premier set indigne et annonciateur de bien des soucis. Mais elle n'a pu tenir le rythme et, surtout, elle avait mis en confiance un adversaire non dénué de talents à l'image de Rossard ou Prévit.

Actuellement il nous semble que les Avignonnais prennent des risques dans le jeu et ne les assument pas. Mais ils sont impatients. La faute à cette terrible jeunesse. Vivement qu'ils soient vieux nos garçons. En attendant ils sont en vacances de championnat, et on se retrouve le 16 janvier pour un déplacement qui nous mettra vite dans le bain... à Alès.

Nos partenaires

Volley-ball