Une saison malédiction

 Avignon, gymnase Champfleury : AVB 1 St-Jean d’Illac 3 : 21-25 (24') 25-21 (25') 22-25 (26') 17-25 (25').

Arbitres : M. Todorov et Mme Grappin.
Les points - AVIGNON : Martinez (4), Perez (6) (puis Arzailler), Talia (23), Jaunet (puis Nyabeye 10), Ortiz (9), Aubree (9) (puis Totele 1) Korovyanskyy (libéro). 
55 attaques gagnantes ; 1 ace ; 6 contres ; 36 fautes directes dont 14 au service.

As ILLIACAISE : Soundron (8), Moulinier (17), Riblet (10), Thesee (5), Recurt (2), Winkekmuller (21)
Rafidison (1) (libéro).

51 attaques gagnantes ; 8 aces ; 5 contres ; 24 fautes directes dont 9 au service.

Bon, ça va, on a compris : l’AVB cette saison est maudite. On peut parler de manque de  caractère, de mental, de jeunesse, ou de ce que vous voudrez mais à l’arrivée on sera bien obligé de le reconnaître : tout est contre le volley avignonnais cette saison. Il y a les arbitres, les poteaux, le filet, les lignes, le sol glissant, la lune peut-être mais on n’est pas sûr.

Lorsque Jaunet s’est fracassé dès les premiers échanges, on s’est dit que c’était trop gros pour être vrai. Mais non, pas encore assez gros sans doute. Lacombe sur la touche c’était déjà un handicap compte tenu des moyens avignonnais cette saison ; Dubreuil ça devenait problématique ; mais si on ajoute Jaunet c’est carrément le chemin de l’impossible, surtout quand même, avec les faiblesses de cet effectif là, il faut bien le reconnaître.

L’AVB a quand même fait le plus souvent jeu égal avec ces Girondins qui n’avaient certes rien d’insurmontable. Mais St-Jean servait mieux, avait sans doute un collectif mieux rodé et ce sont encore une fois les fautes qui ont sans doute fait la différence. Comme toujours l’AVB en a fait beaucoup et s’est tiré une balle dans le pied. Une autre. Quand on est boiteux c’est ennuyeux.

Ennuyeux pour les supporteurs qui souffrent ou ne viennent plus. Ennuyeux pour ces joueurs ou ce staff qui ne méritent pas ça. Ennuyeux pour la ville. Ennuyeux quoi !

La victoire de St-Jean n’a rien d’illogique, on l’aura compris, et Talia pourtant a continué à être le meilleur. Il faudra le multiplier par trois pour obtenir un succès, voire un point dans cette poule finale. Mais si les Avignonnais ont du cœur, et on y croit quand même, ils ne voudront pas lâcher jusqu’au bout. Puisque tout est contraire, soyons- plus forts que le vent, ou tentons au moins.  

Nos partenaires

Volley-ball