Une reprise sur la pointe des pieds

 Avignon, gymnase Champfleury : Avignon 3 Halluin 0 (25-20 en 27’, 25-21 en 26’, 25-21 en 28’)

Arbitres : Mme Malagoli et M.Trojat.

Avignon : 40 attaques gagnantes (Talia 18, Lacombe et Jaunet 5, Saelens et Pascal 4, Martinez 3, Jaldou 1), 10 contres gagnants (Pascal 4, Saelens 3, Jaldou, Jaunet et Talia 1), 7 aces (Martinez 5, Talia et Saelens 1), 23 fautes directes dont 9 au service.

Les points : Martinez (8), Talia (20), Saelens (8), Jaunet (6), Pascal (8) puis Totele, Jaldou (2) puis Lacombe (5).

Libero : Treilles. Entraîneur : José Amet.

Halluin : 27 attaques gagnantes (Mullie 9), 8 contres gagnants (Mullie 3), 3 aces (Brilleman, Kreisz R. et M. 1), 18 fautes directes dont 9 au service.

Les points : Brilleman (3), Daguenet (4) puis Warnault, M.Kreisz (9), R.Kreisz (5), Mullie (12), Vanmackelberg (6).

Libero : Duhalde. Entraîneur : Vincent Seguin.

3-0 : rien à dire ? Si, un peu quand même. On savait que les Nordistes, les seuls à avoir dominé les Vauclusiens lors de la phase aller, ne lâchaient rien. Même si leurs résultats n’en font pas pour le moment des qualifiés, ils ont toujours poussé leurs adversaires dans leurs derniers retranchements. Et c’est le genre de qualité que n’apprécient pas trop les poulains de José Amet.

De plus, ceux-ci furent, et tout de suite, étonnamment nerveux, plutôt mal dans leurs baskets, à l’image de Jaldou, bien vite remplacé par Lacombe heureusement plus à l’aise que ces derniers temps. Si on y ajoute un Martinez ayant du mal à trouver ses partenaires, un Talia bien long à entrer dans le match, finalement auteur de 20 points quand même mais « nanti » de dix fautes, un record, on comprend mieux les difficultés locales. Le malaise cependant n’a pas de nom et fut bien une affaire collective. Dix fois l’AVB eut le match en mains et parut apte à saisir les deux oreilles et la queue, dix fois les Nordistes, eux sans complexe, purent revenir et inquiéter jusqu’au bout leurs opposants. C’estvrai, les uns et les autres connurent quand même de bons moments et ce fut suffisant pour étouffer une formation courageuse, on l’aura compris, mais évidemment limitée. On n’est pas 5e en Elite pour rien…

Un mot quand même pour saluer les services du capitaine Martinez qui nous sortirent de bien des situations délicates et qui terminèrent même la partie. Mieux valait ne pas trop durer comme çà.

Inutile de dire que c’était là une étape de plaine que l’on s’est contenté de gagner au sprint non sans avoir beaucoup frotté. Il n’y aura plus d’étape intermédiaire pour s’échauffer et demain ce sont les grands cols : Fréjus ce samedi mais dans la foulée, Mende et Alès en Coupe. C’est du gros. Le passage d’une saison réussie ou ratée, même si, sauf en Coupe, rien ne sera encore irrémédiable.

Allez les gars, va falloir se retrouver.

Nos partenaires

Volley-ball