Un set, des miettes … et c’est tout !

  Orange. Gymnase Purpan. Orange 3 Avignon 1

Arbitres : MM. Vermande C. et Guevenoux.

Détail des sets : 25 – 21 (28 mn) ; 25 – 11 (24 mn) ; 22 – 25 (30 mn) ; 25 – 21 (30 mn).

 ORANGE – SIX DE DEPART : Krause 3 ; Gustavsson 24 ; Sormaz 19 (puis Utia), Rumpunen 5 ; Vergoz 14, Mc Givern 3 (puis Lopar 1) ; Lecat (lib) ;

Entraîneur : Nenad Djordjevic.

ORANGE : 54 attaques gagnantes, 3 aces, 6 contres, 19 fautes directes (dt 13 au service). AVIGNON - SIX DE DEPART : Martinez 3 (puis Bergé) ; Talia 22 ; Ragondet 10, Bonnefoy 8 (puis Siecker 3) ; Pascal 10, Jaldou 4 (puis Siecker) ; Lacombe (lib).

Entraîneur : José Amet.

AVIGNON : 44 attaques gagnantes, 6 aces, 10 contres, 27 fautes directes (dt 18 au service)

 « C’est difficile de jouer sans centraux. Et en jouant 2 sets sur 4 ce n’est pas possible de gagner un match ». Le président Thierry Minssen était un peu désabusé, mais dans la vérité, à la fin du derby enlevé sans trop de difficultés par les Orangeois. Une première victoire qui en appelle d’autres même l’équipe de la cité des princes n’aura impressionné personne. Elle est en gestation, c’est une évidence. Reste qu’avec un Gustavsson (24 points vendredi !) et la liaison de son excellent passeur et des centraux, elle a de vrais atouts. Jouera-t-elle les premiers rôles comme espéré ? C’est autre chose car elle paraît aussi friable et pas toujours homogène.

En tout cas, en la circonstance, elle fut servie comme sur un plateau par une équipe avignonnaise plutôt effrayante pendant deux sets. Rien ne marchait, rien ne fonctionnait et l’arbitrage certes irritant et parfois sévère (cartons jaune pour Martinez et rouge pour Ragondet) déstabilisa complètement ces Avignonnais dont on se demandait comment ils avaient bien pu tomber Lyon.

« On n’a pas été intelligents mais on est quand même en progrès… »  reconnaissait un capitaine Martinez vite consolé. OK pour l’intelligence mais un peu moins pour les progrès. Du moins vu des tribunes.

Il y eut pourtant une belle troisième manche. Enfin un match. L'AVB cessa de donner des points et le groupe, même privé de son animateur Jaldou blessé sottement en sortant, de faire des fautes. C’était trop tard aussi. Avignon tenta de rester au même niveau pour faire un peu plus douter les Orangeois, n’y parvint pas et baissa la tête le premier. La rencontre avait choisi son vainqueur, la soirée aussi. Il était devenu trop difficile de renverser un cours inéluctable qui laisse les poulains de José Amet en questions. On y verra vraiment plus clair avec la rentrée des centraux. En attendant il faut s’accrocher. Samedi c’est relâche puis ce sera la Coupe le 7 à Champfleury contre Nantes Rézé avant de retrouver le championnat et Cambrai, toujours à Champfleury le 11.             

Nos partenaires

Volley-ball