Trop haut, trop fort, trop dur…

 Avignon, gymnase Champfleury : Avignon Volley Ball  0 Orange 3 (20-25 en 27’, 19-25 en 25’, 23-25 en 28’)

Arbitres : MM. Marenc et Guevenoux.

Avignon : 33  attaques gagnantes (Ventresque 12, Walter 7, Usiljanin 6, Nyabeye 5, Mehan 3), 4  contres (Mehan et Ventresque 2), 6 aces (Usijanin 5, Walter 1), 34 fautes directes dont 17 au service.

Les points : Martinez, Ventresque 14, Walter 8 puis Carn, Usiljanin 11,  Mehan 5, Nyabeye 5 puis Barbaud puis M’Barki. 

Libero : Mouiel. Entraîneur : J.Amet 

Orange : 36 attaques gagnantes (Tupchii 14, Saelens 7), 4 contres (Saelens 3), 1 ace (Klyamar), 19 fautes directes dont 9  au service.

Les points : Strugar 3, Meduric 3, Klyamar 4, Tupchii 14, Saelens 10, Todorovic 5 puis Darmois.

 Libero : Rafidison. Entraîneur : N.Djordjevic.

Pas grand-chose à dire les amis… sauf que l’équipe avignonnaise a été égale à elle-même sur ces dernières semaines. Mauvaise. Une réception en compote, une suite d’erreurs individuelles, certains joueurs – Walter par exemple – paraissant découvrir d’un coup un ballon de volley.

Après deux manches les poulains de José Amet avaient surtout signé… des fautes : 21 messeigneurs, contre 10 à leurs opposants. 34 à l’arrivée contre 19 et 17 services dans les nuages ou le filet contre 9 aux Orangeois.

Il n’y a presque plus rien à ajouter. On peut difficilement faire plus de huit fautes dans un set et l’emporter. Là, on avait pris de l’avance pour une quatrième manche  que les Avignonnais auraient peut-être méritée eu égard à une nette amélioration. Et puis parce qu’on a vu des Orangeois supportant mal la contestation.

Des Orangeois qui n’eurent pas à sortir le grand jeu et qui se contentèrent d’être présents, ce que ne sait plus faire l’AVB. Cambrai ou Plessis avaient mis la hausse à un niveau où ne pouvaient les rejoindre une équipe à l’effectif quand même modeste. Rien de tel avec Orange qui a toujours paru à la portée. Oui, mais 3-0 à l’arrivée et très peu de lueurs d’espérance.

Où trouver un nouveau moral, une autre combativité, du mental, de la vie ? Ce n’est plus à nous de le dire mais il y a quand même un peu urgence car l’AVB sent maintenant, surtout après la victoire d’Asnières, le souffle froid de la relégation. On s’y remet ?  

Nos partenaires

Volley-ball