Passons à autre chose!

  À Avignon. Gymnase Champfleury. Avignon 1 Plessis-Robinson 3. Détails des sets : 15 – 25 (23 mn) ; 25 – 16 (25 mn) ; 20 – 25 (28 mn) ; 24-26 (33 mn).  Arbitres : MM. Meunier et Galant.

AVIGNON : 44 attaques gagnantes, 2 aces, 8 contres, 36 fautes directes (dont 21 au service).

Les points: Martinez 2 (puis Urnaut Ta) ; Panou 19 ; Bonnefoy 9, Pire 10 (puis Patte 1) ; Dolegombai 8, Vandooren 5 (puis Bojovic) ; Lacombe (lib). Entraîneur : José Amet.

PLESSIS ROBINSON : 38 attaques gagnantes, 11 aces, 7 contres, 30 fautes directes (dont 15 au service).

Les points: Walgenwitz 1 (puis Germain) ; Stockton 16 ; Felicissimo 23, Sormaz 2 (puis Vuiti 2) ; Marshman 10, Paofai 4 ; Godefroy (lib). Entraîneur : Cédric Logeais. 

Les images resteront car elles sont inhabituelles. Celle d'un public furieux invectivant une paire d'arbitres indignes, et des dirigeants obligés de calmer les plus virulents des spectateurs. Celle de "captain" Martinez disant au coach adverse, un coach bien peu sportif il est vrai, et "allumeur" d'incidents, ses quatre vérités. On n'avait plus vu ça à Champfleury depuis quelques dizaines d'années. Ah, les belles oppostions contre Sète... Depuis le public avignonnais s'est certes rabougri mais est surtout devenu bon enfant. Il en faut pour le faire sortir de ses gonds. 

Mais il est vrai qu'il y eut de quoi dans cette rencontre.

Alors, vite, rétablissons l'ordre des choses: l'AVB a perdu parce que ses jeunes éléments n'ont, d'abord, pas été bien bons. Ensuite parce qu'ils n'ont pas su voguer dans les vents contraires d'un arbitrage plus mauvais que malhonnête. Ils débutèrent très mal, parurent se remettre dans la partie en dominant facilement le deuxième set, puis multiplièrent les fautes en réception, au service, en attaque. Ayant un moment 5 points d'avance, ils encaissèrent un 0-8 sur une série de services au long cours de Stockton. Incapables de réagir. Comme Plessis était également dans la choucroute, le niveau du match tomba dans les abysses puis se redressa un peu. Non, les Parisiens n'étaient pas meilleurs, mais on leur concèdera beaucoup de courage et une ténacité qui leur ouvrirent les portes de la victoire. Elle pouvait être à taux réduit mais une nouvelle faute d'arbitrage leur offrit sans doute le taux plein.

Joueurs et spectateurs doivent retrouver leur calme. Passons à autre chose, on vous l'a dit.

Au classement l'AVB rate du coup la marche et reste sous la menace des poursuivants, dont Mende où seront les Avignonnais samedi. Pas facile, mais après tout, ce ne sera pas pire.       

Nos partenaires

Volley-ball