Mieux, bien mieux que prévu

Avignon, gymnase Champfleury : Avignon 2 Nantes-Rezé 3 (25-27 en 27’, 25-21 en 26’, 25-19 en 25’, 21-25 en 25’, 15-17 en 19’).

Avignon : 53 attaques gagnantes (Talia 20), 14 contres gagnants (Pascal et Martinez 4), 11 aces (Talia 3), 35 fautes directes dont 23 au service.

Les points : Martinez 6, Talia 20, Siekert 10, Pascal 13, Bonnefoy 16, Jaldou 12 puis Lacombe 1.

Libero : Treilles. Entraîneur : José Amet.

Nantes-Rezé : 53 attaques gagnantes (Overbeeke 24), 14 contres gagnants (Overbeeke 5), 6 aces (Overbeeke 2), 33 fautes directes dont 20 au service.

Les points : Noda 9 puis Koumentakis 6, Van Rekom 11, Henry 7 puis Chauvin, Overbeeke 24, Repak 1, Parkinson 14 puis Josserand 1.

Libero : Sparidans. Entraîneur : Fulvio Bertini.

Pour être honnête on ne s’attendait pas à un duel de cette intensité, et on ne pensait pas que les Avignonnais pourraient rivaliser avec le finaliste de la saison dernière. D’autant que Ragondet avait rejoint les absents Saelens, blessé, et Dolegombai pas encore arrivé. Eh, bien chapeau : on a eu un match, toujours intéressant, et qui obligea les Nantais à sortir le grand jeu. C’est même l’AVB qui eut les deux premières balles pour enlever la partie. Las, Talia d’abord puis Jaldou ensuite tentèrent l’ace et ne le réussirent pas. Du coup c’est Nantes qui récupéra la troisième balle de match et le contre du Grec Koumentakis donna la qualification aux visiteurs. Les Avignonnais étaient déçus alors qu’ils venaient de réaliser une vraie performance.

« On a encore fait des fautes de jeunesse, avouait leur capitaine Ricardo Martinez. On a fait jeu égal et je ne voulais surtout pas qu’on les regarde jouer. Ca se joue à peu de choses… »

C’est le moins qu’on puisse dire. L’AVB a perdu le premier set après un mauvais départ mais un beau retour à 24 partout. On y sacrifia deux ballons qui offrirent le set à l’équipe de Ligue A. D’autant plus regrettable que les poulains de José Amet sifflèrent les deux manches suivantes en se battant sur tous les ballons et en affichant un enthousiasme qui avait déjà perturbé Lyon. Nantes ne laissa pas d’espace dans le quatrième set et on en vint à ce tie-break qui pouvait fort bien basculer dans l’autre sens.

On ne peut être déçu après une telle prestation et tout le monde ne mérite que des félicitations. Les Bataves Olembeek et Parkinson quand même c’était fort !   

« Ah, si on avait pu jouer comme ça contre Orange » entendait-on partout.

C’est vrai, le championnat déjà est là avec la venue de Cambrai ce samedi, et c’est bien le match le plus important de la semaine.

« Espérons qu’on n’a pas tout donné… » réfléchissait Ricardo.

Non, on croit cette vague porteuse. 

    

 

Nos partenaires

Volley-ball