L’AVB oui, mais…

Avignon, gymnase Champfleury : Avignon Volley Ball 3 Calais 2 (25-19 en 23’, 25-18 en 24’, 22-25 en 28’, 20-25 en 25’, 18-16 en 21’)

Arbitres : MM. Gabriel et Verdu.

Avignon : 63 attaques gagnantes (Ventresque 19, Usiljanin 17, Nyabeye 11, Walter 10, Mehan 6), 7 contres (Nyabeye 4, Walter 2, Ventresque 1), 5 aces (Walter 4, Mehan 1), 28 fautes directes dont 17 au service.

Les points : Martinez puis Barbaud, Ventresque 21, Walter 16, Usiljanin 17 puis Carn, Nyabeye 15 puis M’Barki, Meehan 7.  

Libero : Mouiel. Entraîneur : J.Amet 

Calais : 59 attaques gagnantes (Beclin 20, Anachkov 15), 11 contres (Mutapcija 4), 4 aces (Anachkov 2), 34 fautes directes dont 14 au service.

Les points : Chauvin, Anachkov 19 puis Vanmackelberg, Beclin 21, Van Werkhoven 7 puis Warnault 1 puis Adam, Lortie 10, Mutapcija 16.

Libero : Anot. Entraîneur : J. Guillé.

Le genre de match dont on ne sait que penser. Un verre à moitié plein ou à demi vide. Dans la sympathique réception d’après-match où tous les spectateurs furent conviés – ah, la convivialité de l’AVB… - une phrase revint souvent : « on n’a pas des guerriers… »

Encore une fois l’AVB a manqué de mental et a connu l’un de ces vertigineux trous d’air qui, en général se terminent très mal. Durant deux sets on se demanda comment les Avignonnais pouvaient perdre cette rencontre face à une équipe sans fondement qui alignait davantage les fautes que les performances. Et puis comme souvent l’AVB disparut des écrans radar.

« On l’avait senti, commentait le président Thierry Minssen. Ils étaient moins présents, ils servaient moins fort… Et pourtant José Amet dans les vestiaires les avait bien prévenus : Calais n’a pas commencé à jouer et va réagir ! »

L’entraîneur avignonnais n’a pas été entendu ou pas cru. Calais s’est remis au travail et l’AVB a tout subi. Après, face à une équipe remise en confiance et qui n’avait rien à perdre, il devenait difficile de reprendre le manche. Les Vauclusiens n’y sont pas parvenus et menés 12-14 dans le set décisif semblaient promis à leur habituel destin. Mais rechangement de cap. Ventresque revient en scène dans le rôle du héros et Nyabeye réussit l’un de ces contres que l’on n’imagine plus avec cette équipe là : 18-16 après quatre balles de match sauvées. On peut faire le tour de la salle et remercier les spectateurs. L’AVB a gagné sans qu’on sache vraiment de qui vient  ou aurait pu venir le hold-up.

Pas des guerriers ? il en fallait pourtant pour gagner ce match-là.

Alors ? Eh, bien on n’en sait pas plus. L’équipe continue de manquer de confiance et surtout de suivi. Fantastiques durant deux manches Usiljanin et Walter d’un coup ont joué à l’envers. Toute l’équipe ne semblait plus connaître son volley jusqu’à ces ballons qui ne trouvent personne. Effarant.

Oui, mais la victoire fait du bien quand même et peut permettre un nouveau départ, Asnières ayant aussi connu l’échec (3-0 face au Plessis). Ils sont deux derrière et on n’en demande pas plus jusqu’à la fin du championnat. L’équipe a maintenant jusqu’au 14 janvier et la réception d’Orange pour solidifier ses bases. Car on en est toujours là. Orange fut le départ à l’aller d’un certain renouveau. Les voisins nous serviront-ils deux fois de sparring-partners ?    

 

 

Nos partenaires

Volley-ball