L’AVB doit se mettre la pression

 Cette fois, on n’a plus le choix. Champfleury ce mardi doit revêtir ses plus beaux atours, et accueillir comme il se doit Calais, la lanterne rouge. Calais, la seule équipe avec Asnières, à avoir fait aussi mal que les Vauclusiens. Trois maigres victoires, oui, mais dernièrement contre Cambrai (3-1) qui est venu étriller l’AVB à Champfleury, au Plessis-Robinson (1-3) également maître des lieux dans la Cité des Papes, et Martigues (3-2) autre vainqueur en terres vauclusiennes.

Voilà qui doit nous interdire tout optimisme béat.

Il faut vaincre, mais pour vaincre il sera nécessaire de mouiller le maillot et de se dépasser.

Tranchot ne sera pas là mais Walter en principe devait être déclaré bon pour le service. On attend de toute façon des guerriers car le sport ne saurait se nourrir d’à-peu-près ou d’indécision. Celle-là on la veut.

On la veut parce qu’elle est nécessaire pour l’équipe d’abord, pour le classement ensuite et pour l’avenir c’est sûr.

On la veut pour les supporters et surtout les malheureux qui se sont déplacés à Nice.

On la veut parce que le jeune Jérémy Mouiel ayant été retenu en sélection, l’AVB ne jouera plus jusqu’au 14 janvier et la réception d’Orange.

On la veut parce qu’enfin la victoire est si jolie.  

Nos partenaires

Volley-ball