L’AVB continue sa remontée

Avignon. Gymnase Champfleury. Avignon 3 Orange 1.

Arbitres : MM. Siegl et Verdu.

Détail des sets : 21-25 (27mn), 25-13 (23 mn), 25-18 (25 mn), 25-16 (23 mn).

AVIGNON – 60 attaques gagnantes, 7 aces, 8 contres, 24 fautes directes (dt 16 au service). SIX DE DEPART : Martinez 5 ; Talia 28 ; Ragondet 7 (puis Siecker), Bonnefoy 13 (puis Siecker) ; Pascal 14, Dolegombai 9 ; Lacombe (lib).

Entraîneur : José Amet.

ORANGE – 36 attaques gagnantes, 1 ace, 9 contres, 20 fautes directes (dt 9 au service).

SIX DE DEPART : Da Silva (puis Krause) ; Vergoz 17 ; Sormaz 9 (puis Jovic), Utia 5 (puis Jovic) ; Mc Givern 8, Lopar 7 ; Lecat (lib).

Entraîneur : Nenad Djordjevic.

On vous disait les deux clubs sur le chemin de l’amitié. Pour le prouver ils ont poussé le luxe jusqu’à échanger les scores et les victoires. 3-1 pour Orange dans sa salle. Idem pour Avignon et chacun doit en sortir content.

Pour Avignon, c’est une évidence. Les poulains de  José Amet, suspendu samedi et confiné dans les tribunes, remontent au classement, grâce à cette victoire, à la 7e place ex aequo avec  le Plessis 6e, et à 2 points seulement de Lyon. De quoi rêver à une qualification redevenue possible pour la poule finale. On verra.

Pour le moment on se réjouira de voir plutôt l’équipe aussi équilibrée, homogène et souvent talentueuse avec un Talia qui a plané samedi (28 points) et a fait oublier ses dix fautes. Il peut faire des fautes avec un tel tableau et le public ne s’y est pas trompé qui lui a réservé une véritable ovation en pleine rencontre. Ovation aussi pour le capitaine Ricardo Martinez auteur au deuxième set d’une série de 11 services qui fit littéralement exploser Orange et inverser la rencontre.

Fabien Vergoz, auteur d’un formidable début de match ne s’y est pas trompé :

« Oui tout allait bien. Et puis Ricardo est passé au service et ils m’ont éteint la lumière. Je n’ai jamais pu me retrouver. Rien n’a marché. On a avait fait le choix de servir sur Bonnefoy mais il n’a jamais craqué. Il y a des soirs comme çà… »

Certes. D’autant qu’on fait semblant d’oublier le formidable passage à vide traversé par les Avignonnais au premier set. Complètement déboussolés, ils subirent contres, aces, et attaques placées sans esquisser pratiquement un geste. Captain Martinez au parloir :

« On m’avait demandé de m’investir pour remplacer José repoussé dans les tribunes. Mais j’ai dit dans les vestiaires que c’était l’affaire de tous, et ils m’ont trop bien écouté. Du coup chacun a regardé l’autre et s’est demandé comment faire avancer l’équipe. On s’est perdu mais on a vite rectifié le tir heureusement. »

En un set oui, et grâce à sa série car l’AVB avait encore mal débuté menée 2-6 puis 5-8. Après, Zorro est arrivé.

Et la copie fut dès lors (presque) parfaite, chacun apportant sa pierre et déroulant au fil d’un match où la confiance avait changé de camp.

Un bon match pour les Avignonnais donc en effectif encore réduit, mais cela risque de devenir une habitude. Des doutes pour les Orangeois qui ont néanmoins rajeuni les cadres et peuvent espérer des lendemains meilleurs en se fondant sur leur début de rencontre.

Les deux équipes vont en tout cas souffrir encore lors de la prochaine journée en accueillant Narbonne pour l’ASON vendredi et en se déplaçant à Cambrai samedi pour l’AVB. Dur, dur.

 

 

Nos partenaires

Volley-ball