Il y a du travail !

 Avignon, gymnase Champfleury : Avignon Volley Ball 0 Saint-Nazaire VBA 3 (27-29 en 34', 21-25 en 27', 19-25 en 28').

Arbitres : MM.Sawrei et Jacob.

Avignon :

41 attaques gagnantes (Panou et Bojovic 13); 5 contres (Dolegombai et Vandooren 2) ; 3 aces (Bojovic 2) ; 29 fautes directes dont 16 au service.

Les points : Martinez 1, Dolegombai 3 puis Pire, Panou 15, Bonnefoy 9, Bojovic 15, Vandooren 6 puis Patte.

Libero : Lacombe. Entraîneur : José Amet.

Saint-Nazaire :

32 attaques gagnantes (Hunt 10), 12 contres (Roulleau 4), 6 aces (Moreira et Mac Kay 2), 18 fautes directes dont 14 au service.

Les points : Tuifua 11, Mac Kay 2, Hunt 13, Roulleau 6 puis Gnenegbe, Moreira 7, Coloras 11.

Libero Deveze. Entraîneur : Gilles Gosselin.

Bon, il y a du travail. L'équipe est jeune et son manque d'expérience s'est fait ressentir au cours d'un débat qui devint vite déséquilibré. Durant le premier set pourtant on put y croire, les Vauclusiens faisant jeu égal et même un peu plus avec leurs adversaires. Menant tout au long de cette manche – 8-6, 16-12, 20-17 – ils auraient même dû l'emporter. Las, Saint-Nazaire qui avait lentement refait son retard grâce à une puissance de feu bien supérieure profita de deux services manqués de Pire et Bonnefoy avant que Panou ne mette dehors une attaque cruciale. L'AVB parvint à sauver trois balles de set, ne put utiliser la sienne et finit par s'incliner sur une attaque ratée de Bonnefoy. Comment le match aurait-il évolué si les Avignonnais avaient enlevé cette première manche ? Difficile à dire bien sûr. Saint-Nazaire, plus fort, l'aurait peut-être emporté mais pas dans le même confort et l'impact n'aurait pas été le même sur le public. Le plat en tout cas ne repassa plus pour les Avignonnais qui ne se mirent plus en mesure de faire douter leurs opposants. Bojovic et Panou eurent beau remplir leur contrat, l'ensemble était trop fragile, trop perméable pour espérer un peu mieux.

« Il n'y a pas eu de révolte » regrettait le président Thierry Minssen. C'est le moins que l'on puisse dire. Le match tourna quelquefois à la punition et au masochisme (29 fautes directes). L'AVB avait péché par excès de jeunesse.

Tout n'est pas négatif cependant. Les choses d'abord ne seront pas toujours aussi difficiles que devant un Saint-Nazaire très bien armé et à l'éventail très large. Et les poulains de José Amet ensuite, qui ne manquent pas de talent, vont progresser.

Nos partenaires

Volley-ball