Il va falloir sortir le grand jeu

 A cette époque de l’année on sait parfaitement que l’histoire ne sera pas écrite après une victoire aussi belle soit-elle, ou une défaite. Ce duel au sommet doit être réinstallé dans un championnat, où, seulement, cinq rencontres ont été disputées. On n’en saura donc pas beaucoup plus, à son issue, sur l’avenir des deux équipes appelées à beaucoup progresser – et certainement se  transformer - d’ici à la poule finale.

Encore que…

Encore qu’on ne peut s’empêcher de voir une certaine hiérarchie se dessiner. Mende et Avignon, à coup sûr, sont dans le premier chapeau, et il sera très intéressant de voir leur confrontation.

Les Mendois font pour le moment un sans faute. Ils sont invaincus et n’ont même cédé qu’un point à Halluin, l’emportant quand même à la manche décisive 15-5 ! C’est du solide, même si leur président a prévenu qu’il n’était pour eux pas question de monter, le budget ne le permettant pas. Les gars de la Lozère évoluent du coup avec une belle décontraction et jouent à fond la carte du club familial qui n’a rien à perdre. Il semble qu’ils ajoutent à ce bel état d’esprit quelques qualités sportives, on s’en doute.

Avignon n’est qu’à une petite longueur ayant justement chuté à Halluin (3-2) où Mende ne fit que trébucher (2-3). Les Vauclusiens restent sur un succès face à Fréjus qui les a certes rassurés (3-0) mais qui ne fut qu’à demi réussi pour leur entraîneur José Amet. On se pose toujours quelques questions à leur sujet et une victoire répondrait à beaucoup.

On l’espère donc, mais il faudra pour l’obtenir beaucoup de solidarité et de précision. Un demi-match ne suffira évidemment pas.

Ils devraient être au complet, Ricardo Martinez toujours souffrant de son entorse au poignet, ayant été plutôt ménagé à l’entraînement cette semaine.

 

Nos partenaires

Volley-ball