Au mauvais moment

 Gymnase Di Giantommaso à Champfleury

Arbitres : MM Saadoune et Sauvayre
Détail des sets : 1e set : 18/25 (23’) 2e set 21/25 (25’) 3e set 24/26 (24’)
Six de départ pour l'AVB : Meehan (8), Ventresque (11), Walter (7), Usiljanin (7) (Aubree 1), Nyabeye (6)(puis Leuge-Maillet) , Martinez (2)(C) Mouiel (puis Carn) (libéro), Tranchot, Barbaud, Carn,. Leuge-Maillet Entraineur : Thomas Quiévreux
Attaques gagnantes : 34 Contres : 3 Aces : 5 Fautes directes : 28 dont 17 au service

Six de départ pour Harnes : Cubrillo Némanja (4), Bouanda (10), Cubrillo Luka (3), Milivojevic (10), Gorokhov 7), Alpha (13), Guittet (libéro), Szymkowiak, Gaultier, Pouley. Entraîneur : Igor Juricic
Attaques gagnantes : 29 Contres : 15 Aces : 3 Fautes directes : 23 dont 11 au service

Si on excepte une égalité à 24 dans le dernier set, l’AVB a été inexistante samedi soir. Il n’y a qu’à regarder la fiche pour s’en convaincre. Face il est vrai, à une bonne équipe de Harnes, « une des meilleures, des plus complètes qu’on ait vues à Champfleury » a écrit Vaucluse-Matin.

On avait peut-être un peu vite considéré cette équipe, déjà qualifiée et qui ne visait plus rien,  en vacances. Nous, d’ailleurs, ce n’est pas très grave mais les joueurs aussi, ce qui l’est bien davantage. On n’est pas sûr en tout cas que les poulains de Thomas Quiévreux aient bien compris ce qui leur arrivait. Prenez ça sur la tête et ne vous en relevez-pas leur intimèrent les Artésiens dès le début. Ils ont obéi. Piteusement.

Bon, ne dramatisons pas non plus. L’AVB depuis le début de saison nous a habitués à ces sautes d’humeur, et rien n’indiquait qu’elle en était désormais à l’abri. Harnes avait d’autres moyens, on le savait bien. Et les Nordistes en les exprimant, alors qu’on espérait un peu le contraire, ont vite mis les choses au point. N’en parlons-plus.

Le problème, parce qu’il y en a un, est que ce résultat gangrène la situation avignonnaise et exige, peut-être un exploit de plus. Les choses en effet se sont inversées. Certes Asnières a été battue aussi mais les Parisiens vont recevoir Calais avant de se déplacer à Avignon pour la dernière journée. Avignon qui est donc, pratiquement – et sauf exploit de Calais – obligé de ramener quelque chose d’Alès, sinon battre Asnières lors de la dernière journée ne suffira pas.

Pas d’affolement. Les calculs sont devenus très simples et les Avignonnais savent bien ce qu’ils ont à faire. Après, s’ils ne peuvent pas…        

Nos partenaires

Volley-ball